2014-06-14

La robe noire

Presque chaque fois où j'ai essayé de me coudre un vêtement pour moi, ça n'a pas donné de beaux résultats... Trop petit, trop grand, demanderait des ajustements que je ne suis pas capable de faire, le résultat final ne me va pas du tout, gaspillage de tissus qui coûte cher... Bref, je préfère habituellement me lancer dans des projets moins hasardeux.

Ce printemps, toutes les conditions se sont trouvées réunies pour que fasse un autre essai:
Un mariage se pointait à l'horizon et je n'avais rien (!!!) à me mettre sur le dos.
J'avais acheté, il y a quelque temps, le livre The BurdaStyle Sewing Handbook, afin d'essayer de comprendre la couture pour femme et qu'un jour, je puisse me faire des vêtements qui me vont.
J'avais repéré, dans ce même livre, un modèle de robe qui avait un bon potentiel, bien que je trouvais le col à froufrous particulièrement laid....
Mon collègue de travail m'avait apporté quelques mètres de tissu venant de sa grand-mère et qui trainaient chez lui, d'un beau noir à petits pois blanc que je voyais tout à fait en robe. (D'ailleurs, il m'a apporté plusieurs coupons intéressants... c'est vraiment un plaisir de le débarrasser de tous ces vieux tissus qui ne lui servent à rien et d'y découvrir des trésors pour moi.  Merci Gaétan!!!!!)

Je me suis donc lancée, patiemment, dans la lecture de ce livre. Je me suis mesurée attentivement, j'ai recopié les patrons correspondant à ma taille, j'ai modifié le col en me croisant les doigts pour que ça fonctionne, j'ai suivi toutes les instructions, et j'ai cousu la robe, peu à peu, en faisant des essayages à presque toutes les étapes pour voir si le tout avait du sens.

Je n'ai rien compris aux explications pour la pose de la fermeture-éclair invisible mais heureusement, grâce à un tutoriel sur Youtube, j'ai pu démystifier le tout (Vive «les Internets» où on peut trouver n'importe quoi!!!).

Au dernier essayage avant l'étape finale, je me suis rendue compte que le buste était beaucoup trop large, ça baillait sous les bras. J'en aurais pleuré. J'ai repris le livre, relu des passages, dormi là-dessus pour essayer de trouver la solution. Le lendemain, la tête reposée, j'ai enfilé la robe à l'envers et épinglé le surplus pour essayer d'ajuster le tout. J'ai recousu sur les nouvelles lignes ainsi tracées et j'ai réenfilé la robe en retenant mon souffle... Soulagement! Fierté! Ça tombait maintenant parfaitement!

Vous voulez voir?




Le col modifié. Simple mais efficace.


La fermeture-éclair invisible. Plutôt pas mal, considérant que
je n'avais même pas le pied de machine qui sert à ça.


J'ai porté cette robe à plusieurs reprises depuis sa confection et à chaque fois, j'ai reçu de beaux compliments. Ça c'est encourageant! Je suis extrêmement heureuse du résultat et j'ai bien l'intention d'en faire d'autres sur le même principe. D'ailleurs, j'ai eu la bonne idée de reporter mes ajustements sous les bras sur le patron, alors la prochaine fois, ça devrait tomber parfaitement du premier coup.

2014-05-25

Pâques en retard

Aujourd'hui, on se reporte dans le temps... on retourne à la veille du congé de Pâques, il y a quelques semaines. Je vous mets en situation?

C'est un jeudi soir, je cuisine.
2 tasses de farine, 3/4 tasse de cacao, 3/4 tasse de café...
21h25, je fais un gâteau au chocolat.
Oups, c'est un 10 portions, on en aura pas assez, on va être 17...
21h29, je fais deux gâteaux au chocolat.
Oh oh pas assez de cacao pour les 2 gâteaux...
21h37, je fais un gâteau au chocolat et un gâteau au café.


Je voulais, au départ, fabriquer un gâteau-lapin au chocolat (modèle et instructions en images ici). Finalement, j'en ai fait quatre. Deux avec la recette au chocolat, et deux avec la même recette, mais sans le cacao. Et, contre toute attente, celui sans chocolat était plutôt bon. Il n'en est pas resté.



Les lapins sont recouverts de ganache au chocolat, les yeux sont des pépites de chocolat collées à l'envers et le nez est en chocolat rose. Les oreilles, quant à elles, ont tout simplement été découpées dans des cartons de couleur et déposées à la dernière minutes sur les gâteaux.


J'ai déposé les lapins sur des assiettes et les ai placé sur la table pour compléter ma décoration de Pâques.




La table a été décorée de façon très simple, avec quelques fleurs printanières en plastique, des serviettes de table contrastant sur ma nouvelle vaisselle toute blanche, et j'ai improvisé un chemin de table en pliant sur le sens de la longueur un morceau de tissus jaune par dessus ma nappe (Ahem... un repassage de ce tissus n'aurait d'ailleurs pas été de trop, mais je suis certaine que personne n'a remarqué avec tous ces bons gâteaux disposés dessus!).


Comme quoi c'est possible de donner de la personnalité à une table même si on reçoit beaucoup d'invités.

2014-05-22

Met ton tablier!

Parce qu'à un moment donné, j'en ai eu assez. Assez de ramasser des miettes de nourriture partout sur la bédaine, sur les pantalons et dans les coins de la chaise. Assez de mettre une bavette autour de son cou et de l'enlever, après le repas, pour me rendre compte que si je n'en avais pas mis, le résultat aurait été le même.
Un bébé tranquille qui grandit, ça devient un petit garçon coquin qui en met partout!

J'ai donc pris les moyens pour régler la situation.
J'ai pris congé du bureau, un lundi.
J'ai magasiné mon tissu en prenant un café.
Je recopié, sans aucune gêne, le patron-maison des jolis tabliers que ma maman a cousu pour ses petits-enfants.
J'ai tracé, coupé, cousu et en moins de 2 heures c'était réglé.
Voilà! 2 nouveaux tabliers pour Petit Biscuit.

Toile cirée et cordon : JM Textiles
Ça a donné des tabliers bien couvrants, qui se nettoient rapidement avec un linge humide, que je peux aussi passer à la laveuse une fois de temps en temps et qui font le bonheur du Petit Biscuit car ils ont des «Possssons» dessus.


Petit carré de toile cirée, cousu au bout des cordons, pour l'empêcher de se défaire et
qui empêche aussi le cordon de sortir du tablier dans la laveuse! 

Il me restait encore un peu de temps , j'ai donc cousu un autre tablier en surplus, en utilisant ce que j'avais sous la main, à savoir: une ceinture de vieux vêtement utilisé comme cordon et un morceau de tissus rayé assez résistant qui vient d'un parasol brisé pour faire le tablier. Le tissus de celui-ci n'est pas ciré, il se nettoie donc moins facilement,  mais il est presque aussi pratique!


2014-04-23

Paquet cadeau

Voici un cadeau de naissance que j'ai fabriqué pour une amie lointaine, que je n'ai pas souvent l'occasion de voir. Je lui ai donc envoyé par la poste, à l'ancienne.


D'ailleurs, ça m'a donné l'occasion de lui bricoler une petite carte, pour y insérer mes bons voeux pour la naissance de son fils, en utilisant les retailles de tissus et un bout de carton.



Le paquet contenait une bavette que j'ai cousue et mes traditionnelles petites pattes tricotées.



Bavette : Patron maison, d'après un modèle que j'ai reçu en cadeau et que j'aime beaucoup.
Tissus : Coton bleu à pois et biais (aussi en coton) que j'ai moi-même fabriqué, en suivant ce tutoriel.

Au verso : Ratine blanche et velcro.

Biais cousu à la main pour une plus belle finition.
(Assez long à coudre... je vais changer de méthode pour les prochaines!)

 Bavette testée avec soin par monsieur Petit Biscuit en personne. Elle a définitivement été approuvée!


2014-03-31

Fleurs printanières

Il a neigé hier... encore. Pourtant, j'ai entendu dire que c'est le printemps. J'ai bien peur que, étant donné l'augmentation du prix des timbres et les coupures à la poste, le courrier ne ce soit pas encore rendu jusqu'en haut pour les aviser de ranger la neige et le froid dans le placard jusqu'à l'hiver prochain.

Pourtant, je garde espoir. Le soleil va bien finir par réchauffer l'atmosphère, la neige fondra et la nature renaîtra. En attendant, j'écoute ça pour m'encourager, je regarde mes semences de tomates pousser (elles ont quelques cm de hauteur déjà!) et évidemment, je mange du gâteau!

Ben oui, quoi! Qu'y a t'il de mieux qu'une portion de gâteau fleuri pour se remettre de la grisaille d'un jour de neige de fin mars!



Un gâteau de printemps, un peu "too much" en couleurs, en textures et en fleurs, mais idéal pour pratiquer tout un tas de technique différentes.


Les jonquilles et les lis sont en glace royale, fabriquées une semaine à l'avance pour qu'elle aient le temps de bien durcir.



La bordure en coquilles inversées a été réalisée avec une douille 21 dans du glaçage au beurre.


Le tressage, réalisé avec une douille 47, a été la partie la plus complexe à réaliser, surtout à cause de la ligne rose. Beaucoup de concentration était nécessaire pour ne pas se tromper.


Dans les lis, j'ai ajouté des étamines pour faire plus vrai. C'est la seule chose qui ne se mange pas sur le gâteau.


Ça donne un gâteau assez chargé (un peu trop même), mais qui apporte un souffle printanier à ces derniers jours de mars. En espérant qu'il donne le goût à la nature de se réveiller.

Bon printemps!

2014-02-20

Le berger

Il était une fois un petit bonhomme qui cherchait un travail sérieux pour occuper ses jours oisifs. Après une brève mais fructueuse incursion dans la piraterie, il décida de se consacrer à sa nouvelle passion, et embrassa le métier de berger. Il adorait s'occuper de ses moutons et avait un réel talent pour prendre soin de ses petites bêtes, les promener dans son camion benne, les débusquer partout dans la maison lorsqu'ils partaient à l'aventure et s'éloignaient du troupeau et il avait aussi l'oeil pour sélectionner les plus doux et moelleux pour faire un câlin.

Il ne lui manquait plus que l'uniforme pour annoncer au monde son engagement dans la carrière qu'il s'était choisie. Heureusement, marraine Vanille était là pour confectionner le tout...


La base de l'uniforme se compose d'un t-shirt 24 mois bleu foncé uni, lavé et séché.
Le mouton et le coeur ont été découpés dans de la feutrine et cousu au t-shirt à la machine, au point zig-zag.
Le J' et le visage du mouton ont été peints à la main, avec de la peinture à tissus. Une fois sèche, un bon coup de repassage a été donné sur la portion peinte pour fixer le tout.


Et voilà, un projet tout simple qui a fait le bonheur d'un petit garçon!

2014-01-06

Un biscuit à cravate

C'est l'histoire d'un Petit Biscuit qui voulait être chic pour Noël. Il demanda (?!!??)  à sa maman de lui tricoter un petit quelque chose qu'il pourrait porter avec son habit pour se pavaner fièrement.

Sa maman passa donc plusieurs midis, au bureau, à travailler sur la jolie cravate (récoltant au passage des regards interrogateurs des collègues, qui doutaient du succès de l'entreprise... ) et la termina juste à temps, le 23 décembre au soir.



Sa maman, pleine de bonnes idées, avait d'ailleurs songé en faire une en grand format pour monsieur Chocolat, mais avait finalement abandonné tout espoir de le faire puisque ce ne serait jamais prêt à temps pour le grand soir... il aurait fallu qu'elle commence bien avant!


Petit Biscuit, portant la dite cravate, ne tenait pas en place... c'est dire s'il était content de sa nouvelle acquisition!




Modèle trouvé ici, légèrement modifié car je l'ai raccourci en longueur et je n'ai pas fait la doublure du petit côté.